Ce site est conçu pour les fureteurs compatibles avec les normes web. Il demeure tout de même fonctionnel avec les autres fureteurs.

Accéder au contenu

DÉCLARATION du sénateur James S. Cowan - L'honorable Serge Joyal, C.P.

Félicitations à l'occasion de son élection à la Société royale du Canada

L'honorable James S. Cowan (leader des libéraux au Sénat) : Chers collègues, je suis ravi d'attirer l'attention du Sénat sur le fait que, en septembre dernier, notre collègue, le sénateur Serge Joyal, a été élu membre à titre spécial de la Société royale du Canada dans le domaine des sciences sociales.

L'élection à la Société royale du Canada est l'un des plus grands honneurs pouvant être conférés à une personne qui se voue à l'avancement de la vie intellectuelle et sociale au Canada. La société est l'une des plus anciennes institutions culturelles du pays. L'idée de cette société a été proposée dans les années 1870 par le gouverneur général du Canada de l'époque et elle s'est concrétisée en 1883. La Société royale du Canada est l'équivalent de la Royal Society de Londres, en Angleterre, qui a été créée en 1660, et du prestigieux Institut de France, qui existe depuis 1795.

Depuis sa création, la Société royale du Canada est devenue l'institution nationale la plus importante à faire la promotion de l'excellence et de l'innovation dans le milieu universitaire canadien. Elle se compose de trois académies, comme on les appelle : la première est vouée aux arts et aux sciences humaines, la deuxième, aux sciences sociales, et la troisième, aux sciences.

Selon la Société royale du Canada, ses membres sont :

[...] des érudits, artistes et scientifiques canadiens remarquables élus par leurs pairs. Les femmes et les hommes membres de la SRC sont issus de toutes les disciplines intellectuelles. Ils se sont distingués par leur contribution aux arts, aux lettres, à la science et au service de la population canadienne.

Le sénateur Joyal devient donc membre de cette société, au même titre qu'Arthur B. McDonald, un astrophysicien qui a reçu le prix Nobel de physique en 2015. Plusieurs sénateurs et personnes associées au Sénat sont aussi devenus membres de la Société royale du Canada. Par exemple, P.J.O. Chauveau, qui a été le premier premier ministre du Québec, le Président du Sénat et l'un des plus éminents universitaires de son époque, en était membre. Sir John George Bourinot, qui a été l'un des greffiers du Sénat et qui est considéré par beaucoup d'entre nous comme l'un des plus grands spécialistes de la procédure parlementaire, est l'un des membres fondateurs de la Société royale.

C'est un très grand honneur non seulement pour le sénateur Joyal, mais aussi pour le Sénat.

Chers collègues, j'aimerais vous lire la note que la Société royale du Canada a rédigée à propos du sénateur Joyal :

(1410)

Serge Joyal est un juriste crédité d'une contribution atypique dans la reconnaissance des droits et libertés émergents qui ont transformé la société. Il les défend simultanément au Parlement et devant les tribunaux renouvelant ainsi la définition du rôle traditionnel d'un parlementaire. Il prône une vision humaniste du droit enrichie par la conviction que notre héritage culturel et historique est partie intégrante d'une compréhension plus profonde de notre identité.

Chers collègues, selon la Société royale du Canada, cet honneur est conféré au sénateur Joyal en guise d'invitation à continuer de faire preuve de leadership dans le développement et l'avancement du savoir et de la culture au Canada. En ce qui me concerne, je ne m'attends à rien de moins de la part du sénateur Joyal, et j'espère pouvoir continuer, tant à titre de collègue qu'en tant qu'ami, de profiter de son savoir et de sa sagesse remarquables.

Je vous invite à vous joindre à moi pour féliciter le sénateur Joyal de l'insigne honneur dont il a été comblé.

Des voix : Bravo!