Ce site est conçu pour les fureteurs compatibles avec les normes web. Il demeure tout de même fonctionnel avec les autres fureteurs.

Accéder au contenu

DÉCLARATION - Les trônes royaux dans la Chambre du Sénat

L’honorable Serge Joyal : Honorables sénateurs, nous avons le privilège aujourd’hui de reprendre la session du Sénat dans une nouvelle salle de délibérations aménagée de toutes pièces dans la salle où arrivaient les passagers des trains de l’ancienne gare Union, ouverte en 1912. C’est seulement dans la Chambre du Sénat que se retrouvent les trois composantes qui constituent le Parlement du Canada, à savoir la couronne portée par Sa Majesté, les sénateurs eux-mêmes et la Chambre des communes, dont les députés se retrouvent à la barre à certaines occasions particulières.

[Traduction]

La présence de la Couronne est symbolisée par les deux trônes situés à l’extrémité de la Chambre, derrière le fauteuil du Président. Ce sont les trônes de Sa Majesté la reine du Canada.

Depuis des temps anciens, le trône est associé à l’autorité divine ou royale. Il représente littéralement le siège de la majesté et du pouvoir; les attributs de la royauté. On le place habituellement sous un baldaquin qui symbolise le lien entre le souverain et la source divine de son pouvoir. Le trône repose sur une estrade pour montrer que le souverain domine tout son entourage.

Au moment de concevoir la nouvelle Chambre du Sénat, certains ont souligné, à juste titre, que le style néo-gothique des trônes, parfaitement adapté au style architectural de l’ancienne Chambre, ne s’harmonisait pas avec l’architecture Beaux-Arts classique de la nouvelle Chambre du Sénat. Pour cette raison, et afin de souligner le 150e anniversaire du Sénat, on a décidé de commander de nouveaux trônes qui conviennent mieux à cette Chambre.

Sa Majesté la reine a été informée de ce projet important par le Président du Sénat. Pour la confection de ces trônes, elle a gracieusement offert du noyer provenant des bois qui entourent le domaine royal du château de Windsor. Le bois dont elle nous a fait présent a servi à confectionner les couronnes ainsi que les panneaux sculptés qui portent les principaux éléments décoratifs de ces trônes, soit le monogramme royal ainsi que le timbre des armoiries du Canada.

[Français]

Vous ne serez pas surpris, honorables sénateurs, d’apprendre que l’exécution des trônes a été confiée à un atelier du Québec, soit l’atelier Treebone de Montréal, dirigé par M. Ross Munro, selon les plans du sculpteur du Dominion, Phil White. L’ébéniste qui a fabriqué la structure des trônes est l’artisan Francis Camiré. Quant au sculpteur, il s’agit d’Alexandre Lepinsky. Le tapissier pour les sièges et les dossiers est Richard Soucy, qui a utilisé la passementerie fournie par la maison Houlès de Paris. Enfin, toute la dorure a été exécutée par Mme Isabelle Hordequin, également de Montréal. Nous les remercions tous.

[Traduction]

Les trônes sont décorés de branches portant des feuilles d’érable, un symbole du Canada, et ils arborent la rose anglaise et la fleur de lys française, qui représentent les deux langues officielles du pays. Les trônes sont de magnifiques œuvres d’art et d’artisanat et ils font maintenant partie du patrimoine canadien.

Quand le Sénat retournera à l’édifice du Centre, les trônes iront à la résidence du gouverneur général où il n’y en a pas pour l’instant. La présence des trônes, ici, au Sénat, témoigne de l’estime et de la gratitude que nous avons pour la reine et de notre reconnaissance du fait que le Canada continue d’être une monarchie constitutionnelle et de prospérer en tant que société où les droits et libertés sont garantis et où les droits des peuples autochtones ont été reconnus pour la première fois par Proclamation royale en 1763. Nous allons continuer de créer un avenir meilleur pour le Canada dans la nouvelle enceinte du Sénat. Merci, honorables sénateurs.