Ce site est conçu pour les fureteurs compatibles avec les normes web. Il demeure tout de même fonctionnel avec les autres fureteurs.

Accéder au contenu

DÉCLARATION - Le Sénat - Le cent cinquantième anniversaire de sa première séance

L’honorable Serge Joyal : Honorables sénateurs, c’est un privilège que de pouvoir souligner aujourd’hui le 150e anniversaire de la première séance du Sénat, qui s’est tenue le 6 novembre 1867.

Le Canada d’aujourd’hui est bien différent de celui d’il y a 150 ans. C’est un pays à nul autre pareil dans le monde occidental. Certes, nous le devons à l’esprit de conciliation qui animait nos fondateurs, mais aussi au rôle particulier qu’a joué le Sénat dans cette évolution, et c’est ce que je voudrais expliquer aujourd’hui et célébrer avec vous tous.

En 1864, lorsque les fondateurs ont été confrontés à l’objectif de fonder un seul grand pays, tout en respectant les droits de ses deux grandes communautés linguistiques et la volonté de chacune de ses régions de continuer à se développer selon son caractère propre, ils ont convenu de privilégier la formation d’une fédération où on attribuerait au centre ce qu’il y a de commun à tous, mais où chaque province retiendrait la capacité de se développer selon ses choix et ses caractères régionaux.

Le Canada n’est pas né d’une idéologie, d’une vaste entreprise, d’une guerre ou d’un conflit civil. Sa création découle essentiellement d’une approche pragmatique visant à unifier deux communautés linguistiques et diverses régions avec différents niveaux de richesses et d’aspirations dans le but de créer un plus grand pays.

C’est le Sénat qui a été chargé de la responsabilité de faire entendre la voix des régions au cœur du gouvernement et de représenter ses minorités afin que celles-ci ne soient pas oubliées sous le poids de la majorité. Autrement dit, c’est au Sénat que le principe fédéral a été inscrit et c’est pour cette raison qu’on lui a accordé un pouvoir législatif égal à celui de la Chambre des communes relativement à l’adoption des lois.

Le Sénat a joué un rôle fondamental dans l’édification du Canada. À deux reprises, soit en 1980 et en 2014, la Cour suprême du Canada a confirmé et souligné le rôle unique de la Chambre haute au sein de notre système gouvernemental.

Honorables sénateurs, nous ne devrions jamais oublier le serment d’office que nous avons tous prononcé avant d’entrer en fonction, selon lequel nous devons nous exprimer au nom de notre région et des minorités linguistiques et culturelles qui caractérisent le tissu social du pays. On a élargi et confirmé cette responsabilité en 1982 avec l’adoption de la Charte des droits.

Les droits et libertés des Canadiens et des Autochtones sont toujours mieux assurés lorsque le Sénat évalue en toute indépendance l’incidence des projets de loi du gouvernement sur les personnes qui ont du mal à se faire entendre par la majorité, ou qui n’en ont pas les capacités, afin qu’on tienne compte de leurs intérêts et de leurs attentes.

Tant que le Sénat remplit son devoir constitutionnel, le Canada continuera de prospérer et d’être un symbole de liberté et de dignité pour tout le monde.

Voilà ce que la médaille, qui a été décernée lors du 150e anniversaire du Sénat, vise à célébrer, à savoir le lien essentiel entre le Sénat et la réussite du Canada en tant que fédération.

Que cet anniversaire soit l’un parmi tant d’autres dans notre quête d’un monde plus humain et démocratique.