Ce site est conçu pour les fureteurs compatibles avec les normes web. Il demeure tout de même fonctionnel avec les autres fureteurs.

Accéder au contenu

1999 NUNAVUT, UNE TERRE POUR LES PREMIÈRES NATIONS, by: Serge Joyal, L'Express

 

Dernier territoire à devenir membre de la fédération canadienne, le Nunavut n'est pas le plus petit puisqu'il représente environ le cinquième de la superficie globale du Canada soit près de 2000000 kilomètres carrés; un territoire trois fois plus grand que la France! Il n'est pas non plus le moins stratégique puisqu'il se situe à l'entrée du fameux passage du Nord-Ouest dans l'Arctique, qui a hanté l'imagination des explorateurs pendant des siècles...

Le mot Nunavut signifie « notre terre » en inuktitut, la langue des Inuits qui habitent en majorité cette immensité nordique. Près de 85 % de ses 33 000 habitants sont des Inuits, descendants de cultures anciennes de chasseurs migrateurs venus de Sibérie et d'Alaska, voilà plus de 10 000 ans. Son gouvernement est le résultat d'une revendication territoriale fondée sur les droits ancestraux des Inuits. Trois langues officielles y sont parlées et utilisées : l'inuktitut, l'anglais et le français. Aujourd'hui, les Inuits gèrent leur système d'éducation, de santé et de services sociaux, à l'instar des provinces du pays. Ils assurent également leur développement économique, que ce soit la pêche, le tourisme ou l'industrie minière qui recèle le plus grand potentiel de ressources cuivre, or, argent, et même diamants. Le Canada est aujourd'hui le troisième producteur de diamants au monde et c'est dans le Grand Nord du pays qu'ils se trouvent. Toute cette région regorge de ressources inexploitées : elles représentent le plus grand dépôt de ce qui garantira la prospérité du pays au cours du prochain siècle.

L'autonomie du Nunavut, au premier chef aux mains des populations autochtones, est la meilleure garantie de l'avenir de cet immense territoire : les Inuits en sont bien conscients, eux qui ont su le préserver et l'habiter pendant des millénaires.

2017 L'Express