Ce site est conçu pour les fureteurs compatibles avec les normes web. Il demeure tout de même fonctionnel avec les autres fureteurs.

Accéder au contenu

Communiqué - Le sénateur Joyal affirme qu’une médaille commémorative pour le 150e anniversaire du Canada contribuerait à la réconciliation

23 février 2017
Retour au blogue

Ottawa, le 23 février 2017 – La décision du gouvernement fédéral de ne pas frapper de médaille commémorative pour souligner le 150e anniversaire du Canada représente une occasion ratée de célébrer l’histoire du pays et de favoriser la réconciliation avec ses peuples autochtones.

Le mois dernier, le sénateur Serge Joyal a déposé une motion au Sénat pour la production d’une médaille commémorative à l’occasion du 150e anniversaire de la Confédération. Cette médaille reconnaîtrait l’apport inestimable des peuples autochtones à l’avènement d’un Canada meilleur.

C’est une longue tradition au Canada que de souligner un anniversaire marquant ou un jalon historique dans l’évolution du pays en frappant une médaille commémorative. Les exemples abondent :

  •  En 1690, le roi français Louis XIV fait frapper une médaille pour célébrer la victoire contre les Britanniques et les troupes de Phips devant Québec. Cette médaille portait l’inscription « KEBECA LIBERATA », ou « Québec libre ».
  • Le roi George III fit frapper une médaille en 1763 commémorant la nouvelle souveraineté britannique sur le Canada.
  • En 1867, suite à la naissance de la Confédération, une médaille commémorative marquât cet évènement historique en représentant une personnification des quatre provinces fondatrices.
  • En 1927, le Canada a souligné ses 60 années de prospérité avec l’addition des provinces de l’Ouest et l’adoption de la nouvelle devise « a mari usque ad mare » — « d’un océan à l’autre ».
  • En 1967, le Canada a fêté son centenaire en frappant une médaille ornée d’une feuille d’érable à la suite de l’adoption récente de ce symbole sur le nouveau drapeau.
  • En 1992, le Canada a souligné son 125e anniversaire en frappant une médaille valorisant les accomplissements des membres de l’Ordre du Canada.

« Aujourd’hui, nous en sommes au 150e anniversaire du Canada. Que ferons-nous? Le gouvernement a fait savoir qu’il n’entendait pas frapper de médaille. Pourquoi a-t-il décidé de rompre avec la tradition historique? Pourquoi choisit-il de ne pas commémorer les succès de notre nation? » a demandé le sénateur Joyal.

Non seulement le sénateur Joyal propose-t-il de perpétuer cette tradition, mais il recommande que le thème de la médaille s’inspire de la Commission de vérité et réconciliation, précisément de sa recommandation 68 :

« Nous demandons au gouvernement fédéral [...] de souligner le 150anniversaire de la Confédération canadienne en 2017 en établissant un programme de financement national pour des projets de commémoration sur le thème de la réconciliation. »

Le sénateur Joyal a déclaré qu’il s’agit essentiellement du but visé par sa proposition.

« C’est un projet de commémoration pour souligner la réconciliation avec les peuples autochtones à l’occasion de notre 150e anniversaire. »

Le fait de souligner le 150e anniversaire du pays avec un message de réconciliation graverait dans le marbre — ou dans le métal en l’occurrence — le changement véritable qui a présentement lieu, compte tenu des répercussions dommageables que la Confédération a eu sur les communautés autochtones du Canada

« Les fêtes de 2017 auront beaucoup d’éclat », a dit le sénateur Joyal.

« Mais, une fois terminées, qu’en restera-t-il? Quels progrès aurons-nous accomplis, aux yeux des futures générations de Canadiens? »

Le sénateur Joyal fait circuler parmi les sénateurs une lettre adressée à la ministre du Patrimoine canadien, Mélanie Joly, afin d’exprimer publiquement l’appui de chacun des sénateurs en faveur d’une telle médaille. 

 Citation

« Depuis le début du pays, les gouvernements ont tous agi de la même façon, qu’ils soient libéraux ou conservateurs, qu’il s’agisse d’une monarchie absolue comme celle de Louis XIV ou d’une monarchie tempérée comme celle de George III. Cela fait partie de notre histoire. Pourquoi renions-nous notre histoire? »

– Serge Joyal, sénateur