Ce site est conçu pour les fureteurs compatibles avec les normes web. Il demeure tout de même fonctionnel avec les autres fureteurs.

Accéder au contenu

SENATORS' STATEMENTS - Statement by Senator McIntyre on the book Mythe de Napoléon au Canada français

 

L'honorable Paul E. McIntyre : Honorables sénateurs, le voici : Le Mythe de Napoléon au Canada français. Ce livre, écrit par notre collègue, le sénateur Serge Joyal, a fait l'objet d'un documentaire qui a été projeté en avant-première à Paris, le 26 septembre 2016, et en projection privée à Ottawa, le 1er février dernier, à l'ambassade de France, événement auquel j'ai eu le privilège d'assister.

Ce livre, qui compte environ 567 pages, comprend 6 parties et 42 chapitres. C'est un livre agréablement bien écrit, extrêmement intéressant, très bien illustré et qui se lit facilement. Il nous fait voyager à travers les siècles avec Napoléon, coiffé de son légendaire bicorne sur son cheval blanc, la main droite passée dans son gilet. Il nous fait découvrir le mystère qui entoure cet illustre personnage et nous raconte le mythe d'un empereur qui ne cesse de marquer l'imaginaire populaire.

Napoléon... Combien de fois avons-nous entendu ce nom à travers les décennies, ce nom qui résonne dans l'histoire de l'humanité comme une légende infatigable? Bien plus qu'un nom ou une image, c'est une personnalité incontournable de l'histoire, un personnage mythique qui a été l'héritier de la Révolution française, un personnage considéré surtout comme anticlérical, mais, également, responsable de plusieurs autres événements à travers le monde qui sont rapportés dans le livre.

Pour l'Église, la Révolution française avait provoqué le renversement de l'autel et du trône, et Napoléon Bonaparte en était entièrement responsable. Ainsi, à cette époque, en Europe comme au Canada français, à tort ou à raison, l'histoire se souviendra que, dès le début de son avènement, Napoléon a vite été dépeint comme un tyran, un usurpateur, un païen, un destructeur. On assista alors à une campagne antinapoléonienne au Canada français, ardemment menée surtout par les ecclésiastiques, mais également par les journaux et certains écrivains de l'époque.

Même après sa capture par les forces britanniques, et lors de son exil à l'île Sainte-Hélène, en France comme au Canada français, la campagne antinapoléonienne perdurait. Il s'agissait de proscrire et de détruire tout ce qui pouvait être associé de près ou de loin à l'Empereur, afin d'effacer son souvenir de la mémoire populaire.

Le livre relate que, du vivant de l'Empereur, un événement inouï a pris racine en Angleterre : « On [voulait perpétuer] le souvenir d'un formidable ennemi ». Ses politiques, ses conquêtes, ses habitudes de vie, sa défaite ont fait l'objet de fascination. On voulait tout savoir de ce fin stratège.

Ce phénomène grandissant s'est rendu jusqu'au Canada français où Napoléon Bonaparte, l'exilé, pouvait dorénavant être publiquement louangé. On l'admirait, on le chantait, on le jouait, on le lisait. Autrefois honni, Napoléon est devenu un véritable héros, le mythe d'une société, comme le raconte si bien le sénateur Joyal. Le livre nous apprend également que des historiens, des écrivains et surtout des hommes politiques se sont inspirés de lui.

Aujourd'hui encore, Napoléon Bonaparte vit toujours : du Code Napoléon, héritage législatif de l'Empereur, à la fabrication d'objets divers érigés à son effigie, des pièces de théâtre à la construction de restaurants thématiques, en passant par les caricaturistes, laissant même sa trace dans les musées grâce aux nombreuses expositions qui lui sont consacrées, son souvenir transcende les temps et les cultures, devenant ainsi un phénomène de fascination mondiale qui restera à tout jamais ancré en nous.

Voilà un ouvrage que je vous suggère de lire, chers collègues. Le sénateur Joyal nous fait voyager aux côtés de cet illustre personnage qu'a été l'empereur Napoléon Bonaparte. Je tiens à en féliciter le sénateur Joyal. Quelle belle plume!

Des voix : Bravo!