Ce site est conçu pour les fureteurs compatibles avec les normes web. Il demeure tout de même fonctionnel avec les autres fureteurs.

Accéder au contenu

DÉCLARATION La Première Guerre mondiale - Les colloques Canada-France

 

 L'honorable Serge Joyal : Honorables sénateurs, vous trouverez sur votre pupitre une brochure bien spéciale, dans les deux langues officielles, sur une initiative unique en son genre qui aura lieu ici, au Sénat, les 11 et 12 novembre prochains, sous la présidence de notre distingué Président, le sénateur Kinsella, et de Son Excellence l'ambassadeur de France au Canada, M. Philippe Zeller.

Cette initiative a ceci de particulier que, parmi tous les Parlements des pays alliés qui ont pris part à la Première Guerre mondiale, celui du Canada est le seul à organiser, avec nos amis, les parlementaires de France, un colloque ayant pour thème « Le Canada et la France dans la Grande Guerre 1914-1915 ». Il y sera question des effets transformateurs que la guerre a eus sur le Canada et la France, notamment sur le Parlement du Canada. En effet, je rappelle, honorables sénateurs, que notre Parlement est sorti transformé de la guerre.

Au total, 20 historiens, dont 10 originaires du Canada et 10 originaires de la France, seront invités à aborder un aspect particulier de la transformation que le Canada a connue au cours de la guerre.

Heureusement, un colloque aura également lieu à Paris, en France, à l'Assemblée nationale, au printemps de 2015, et il empruntera une approche complémentaire à celle qui sera adoptée ici la semaine prochaine.

Honorables sénateurs, vous êtes tous invités à prendre part à l'ouverture publique du colloque qui se déroulera mardi après-midi de la semaine prochaine, soit le 11 novembre.

Le colloque revêtira une importance particulière, parce qu'il sera suivi, le printemps prochain, par la parution d'un livre qui réunira toutes les contributions, lesquelles pourraient donner lieu à une approche qui compléterait notre façon d'envisager la guerre 100 ans plus tard. Le colloque aura lieu sous l'égide de l'Association interparlementaire Canada-France et de l'Association interparlementaire France-Canada.

[Français]

L'initiative est appuyée par le ministre des Anciens Combattants.

[Traduction]

L'honorable Julian Fantino ouvrira le colloque de la semaine prochaine. Comme je l'ai mentionné, celui qui aura lieu en France se déroulera sous l'égide du Président de l'Assemblée nationale, M. Claude Bartolone, et de l'ambassadeur du Canada en France, M. Lawrence Cannon, qui était au Parlement hier.

J'ai une vraie dette envers notre honorable Président, qui a parlé de l'initiative dans son exposé et qui a remercié le président français hier, parce que cela met en relief le fait que le colloque est reconnu par le gouvernement français comme une initiative commémorative officielle qu'il organise et subventionne, du moins le volet français, et qu'il s'agit d'une initiative officielle entreprise conjointement par nos Parlements.

J'aimerais vous rappeler, honorables sénateurs, que les Britanniques, les Américains, les Australiens et les Néo-Zélandais, aux côtés desquels nous nous sommes battus durant la guerre, n'ont pas pris l'initiative de se joindre aux Parlements français et canadien pour examiner conjointement la façon dont cette guerre a modifié notre mode de vie. Comme je l'ai mentionné, elle a même modifié la façon dont nous faisons les choses au Parlement.

Je suis sûr que les honorables sénateurs voudront lire le texte du colloque quand il sera publié et disponible sous forme imprimée. Je pense que le Sénat aime procéder à un second examen objectif des questions. Nous visons un but précis en procédant au second examen objectif de cette question 100 ans après le début de la guerre, surtout après avoir écouté la sénatrice Marshall parler des conséquences que la guerre a eues pour les femmes.

Comme les honorables sénateurs le savent, et je n'aborderai pas tous les détails, les Canadiennes ont obtenu le droit de vote durant la guerre. Cela a eu des répercussions immédiates sur l'électorat et la participation de l'électorat canadien à la guerre. Les politiciens ont dû modifier leurs discours pour pouvoir s'adresser aux femmes et tenir compte des préoccupations de cette partie de l'électorat.

Toutes sortes de questions seront soulevées lors du colloque, et je tiens à rappeler de nouveau aux honorables sénateurs que, s'ils ne sont pas à Ottawa, ils pourront envoyer leurs adjoints à leur place ou des membres de leur entourage. Ce séminaire est, bien sûr, ouvert au public. Les mesures de sécurité habituelles, que vous connaissez tous, s'appliqueront. L'inscription est recommandée, et le dépliant précise où s'inscrire.

Je vous remercie de nouveau, honorable sénateurs, de votre attention, et je sais infiniment gré à notre Président d'avoir été la première personne à accepter cette initiative. Je crois que, grâce à son appui, nous avons réussi à rallier tous les autres acteurs. Je tiens à le souligner parce que, sans l'accord du Président, cette initiative remarquable n'aurait pas lieu. Merci, monsieur le Président.