Ce site est conçu pour les fureteurs compatibles avec les normes web. Il demeure tout de même fonctionnel avec les autres fureteurs.

Accéder au contenu

Hommages - L'honorable Jerahmiel S. Grafstein, C.R.

Débats du Sénat (hansard)

L'honorable Serge Joyal : Honorables sénateurs, c'est pour moi un privilège de pouvoir rendre hommage au sénateur Jerry Grafstein à

l'occasion de sa retraite du Sénat. Nous perdons peut-être un collègue respecté, mais nous gardons un bon ami.

Je ne parlerai pas des liens qui cimentent notre amitié, car il y a des circonstances plus propices à ce genre de propos. Je rappellerai plutôt aux honorables sénateurs les positions de principe que le sénateur Grafstein a défendues au cours des 26 années qu'il a passées au Sénat.

Ses principaux efforts ont porté sur la reconnaissance de la valeur de la vie humaine en tant que principe fondamental au centre de nos droits et libertés. Il s'est battu pour ces droits ici, au Sénat, il y a 10 ans, lorsque le gouvernement au pouvoir a présenté un projet de loi sur l'extradition qui donnait au ministre de la Justice le pouvoir de permettre l'imposition de la peine de mort à un Canadien détenu à l'étranger. Le sénateur Grafstein était d'avis qu'il ne pouvait pas y avoir deux séries de principes s'appliquant aux citoyens canadiens, l'une visant à les protéger au pays et l'autre donnant des pouvoirs discrétionnaires à l'étranger. Il croit au principe fondamental du caractère sacré de la vie, qui doit être le même partout et en tout temps.

Nous avons perdu la bataille au Sénat sur ce projet de loi, mais, un an plus tard, la Cour suprême a confirmé ce principe dans l'affaire États-Unis c. Burns, et, l'an dernier, la Cour fédérale a réaffirmé ce point dans l'affaire Ronald Smith.

Le deuxième principe d'action du sénateur Grafstein est la protection des minorités et la défense des membres les plus vulnérables de notre société. Du simple fait de leur poids supérieur, les majorités tendent à oublier la condition et le sort des personnes ou des groupes qui ont moins d'influence ou de pouvoir. Les premiers à devoir lutter pour leur reconnaissance sont les peuples autochtones. Le sénateur Grafstein a présenté ou appuyé des modifications législatives, des motions et des interpellations en faveur de leur droit à l'autonomie gouvernementale, de leur droit de vivre dans la dignité et en bonne santé, ainsi que de leur droit de parler leur propre langue.

Le sénateur Grafstein est également préoccupé par le sort des jeunes et les droits de l'enfant. Il était en faveur de donner une deuxième chance aux jeunes pris dans les filets de la justice pénale, en particulier ceux qui proviennent d'un milieu familial pauvre et violent. À un moment donné, son opinion lui a même valu d'être expulsé du Comité sénatorial permanent des affaires juridiques et constitutionnelles.

Le sénateur croit au rôle du gouvernement, pas nécessairement un gouvernement de plus en plus imposant, mais d'un gouvernement amélioré et éclairé. En qualité de président du Comité sénatorial permanent des banques et du commerce, le sénateur Grafstein a lancé et mené à bonne fin une étude relative au renforcement des mesures de protection des consommateurs dans le secteur des services financiers. Il s'est opposé aux fusions bancaires en sachant qu'au bout du compte, ce sont les contribuables qui devraient à assumer le risque des mauvaises décisions en matière d'investissements.

Il ne croit pas que l'égalité des chances puisse reposer uniquement sur le jeu des forces du marché. Le sénateur Grafstein est ce que j'appellerais un « démocrate libéral ». Il est convaincu du bien-fondé du libre marché, mais il estime qu'il faut assurer la redistribution stratégique des richesses au profit de ceux qui vivent sous le seuil de richesse minimum admis dans une société opulente.

Le sénateur est également un Canadien engagé. Il a toujours considéré ses initiatives comme celles d'un bâtisseur de pays, et a toujours préconisé un gouvernement central efficace travaillant à unir les régions, les groupes et les collectivités de tout le pays. Son appui à la création d'un musée du portrait canadien en constitue un exemple.

Il est resté attentif à la richesse culturelle et à la contribution des Canadiens français partout au pays. Participant dynamique au débat sur notre avenir constitutionnel, il était préoccupé de voir comment les institutions du Parlement sont définies dans notre régime de gouvernement de type Westminster. C'est pourquoi il a défendu le rôle du Sénat en tant que Chambre essentielle du Parlement dans le cadre du débat relatif à la Loi sur la clarté.

Il a également gardé un œil sur les défis relatifs à la protection de l'environnement, notamment l'accès à l'eau potable qui est un sujet de préoccupation mondial.

(1350)

Au chapitre international, ses initiatives ont également été orientées vers la paix dans des régions du monde où des pays voisins ne sont pas encore arrivés à établir les conditions d'une cohabitation pacifique. Son engagement indéfectible a notamment porté sur la situation au Moyen-Orient, la lutte contre l'antisémitisme, la création d'institutions internationales pour faciliter la médiation et le règlement des conflits, entre autres au sein de l'OSCE.

Honorables sénateurs, avez-vous une idée du nombre de projets de loi, de motions, d'interpellations, de questions, d'amendements, d'interventions et de discours que le sénateur a présentés au cours des 26 années au cours desquelles il a siégé au Sénat? Le nombre en est impressionnant.

Aujourd'hui, j'ai pensé qu'il serait approprié d'examiner certains principes et valeurs que le sénateur Grafstein a défendus. Ces principes et valeurs sous-tendent son engagement à agir et donnent une meilleure idée de la véritable étoffe dont est fait cet homme, que nous saluons aujourd'hui à l'occasion de son départ du Sénat. Merci, sénateur Grafstein.