Ce site est conçu pour les fureteurs compatibles avec les normes web. Il demeure tout de même fonctionnel avec les autres fureteurs.

Accéder au contenu

Déclaration - Le Traité de Versailles Le centième anniversaire

Le Traité de Versailles

Le centième anniversaire

L’honorable Serge Joyal : Honorables sénateurs, le 28 juin prochain nous soulignerons le centenaire de la signature du Traité de Versailles par 33 pays, y compris le Canada, pour la première fois. Rappelons que ce traité a mis fin à la Première Guerre mondiale.

Je tiens à rappeler à votre mémoire cet événement historique puisqu’il s’agit du premier geste de portée internationale qu’a posé le Canada en tant que pays pleinement souverain en matière de politique étrangère.

[Traduction]

Le centième anniversaire de la signature du Traité de Versailles la semaine prochaine nous offre une occasion de nous attarder aux débuts du Canada en tant que pays pleinement souverain. Ayant participé à la guerre, le Canada ne voulait plus être traité comme une colonie britannique. Il estimait s’être montré digne qu’on lui reconnaisse la souveraineté internationale, et nous savons ce que signifie la « souveraineté internationale ». Elle confère essentiellement à un pays le pouvoir de déclarer la guerre et de signer la paix.

Le Canada n’a pas déclaré la guerre en 1914. C’est la Grande-Bretagne qui l’a fait pour lui. Or, compte tenu de l’ampleur de son effort pendant la guerre, le Canada estimait mériter de signer le traité de paix de façon indépendante. On a résisté à sa demande dans certains cercles britanniques et, aussi, américains, où l’on soutenait que la Grande-Bretagne devrait signer pour tous les dominions. Le premier ministre Robert Borden a toutefois fini par avoir gain de cause. Le dominion du Canada a ainsi été clairement identifié sur le document et deux ministres canadiens ont signé en son nom.

La signature distincte du Canada en 1919 revêtait une importance primordiale. Le Traité de Versailles a créé la Société des Nations, un nouvel organisme international mis sur pied pour empêcher les conflits mondiaux. Le Canada est donc devenu un membre fondateur à part entière de la Société des Nations.

En 1925, un sénateur du Canada, le sénateur Raoul Dandurand, a accédé à la présidence de l’Assemblée de la Société des Nations. En 1927, le Canada a obtenu un siège au conseil exécutif de l’assemblée. Ce siège a également été confié au sénateur Dandurand, qui est demeuré très engagé dans les affaires internationales du pays pendant les deux années suivantes.

Nous devrions remercier le gouvernement de sir Robert Borden d’avoir fait campagne pour que le Canada soit un signataire à part entière du Traité de Versailles, en juin 1919, et nous pouvons naturellement remercier le sénateur Dandurand, qui, jusqu’à sa mort, en 1942, est demeuré l’une des voix les plus fortes du Canada sur la scène internationale.

Honorables sénateurs, le buste du sénateur Raoul Dandurand, qui était exposé dans une salle de réunion du Sénat, dans l’édifice du Centre, n’a pas été déménagé ici. Il faudrait l’apporter dans cet édifice et l’exposer comme il se doit près de l’enceinte du Sénat.

Soyons fiers de notre remarquable prédécesseur, qui a contribué à bâtir la réputation du Canada en tant que pays qui prône la paix mondiale et le respect des droits de la personne.

Des voix : Bravo!